L’hydrogène : le carburant alternatif de demain

Pour préserver notre planète, il urge de trouver des solutions qui limiteront la crise écologique. Dans cette optique, régler le problème de la pollution au carbone dans le milieu de l’automobile est l’un des plus grands défis à relever. Face à cela, l’hydrogène autrefois abandonné se présente aujourd’hui comme une des solutions prometteuses.

Le carburant de demain

L’hydrogène, dans le futur, pourrait être en mesure de fournir l’énergie tout en réduisant l’émission du CO2. Il est potentiellement une très bonne source d’énergie. En effet, à l’opposé du gazole qui produit des vapeurs de CO2 au cours de sa combustion, l’hydrogène ne dégage que des vapeurs d’eau et est disponible en quantité illimitée. Pour une voiture électrique qui fonctionne à base d’hydrogène, la production du CO2 est deux fois moins que celle d’un véhicule thermique. Ensuite, 1 seul kilogramme d’hydrogène renferme l’équivalent d’énergie de 180 kilogrammes de batterie Lithium Ion ou encore de 3 kilogrammes d’essence. En plus, il peut être conservé ou transporté sans aucune perte. Découvrez toutes les actualités à lire sur les énergies.

Véhicule à hydrogène : la phase d’essayage

Le premier constructeur automobile à se tourner vers l’hydrogène est BMW. Il a mis au point en 2005 un véhicule pouvant utilisé à la fois de l’hydrogène et de l’essence comme carburant. Mais un problème économique s’était présenté dans le temps. La voiture pouvait parcourir 500 km avec un plein d’essence alors que rempli d’hydrogène, il ne pouvait fait que 200 km. Aussi, il n’y avait que très peu de stations où était disponible l’hydrogène. C’est ainsi que BMW à décider de se pencher sur l’électricité. Ainsi, un système a été développé pour se servir indirectement de l’hydrogène afin de produire de l’électricité pour les véhicules. Au sein de celui-ci, une pile combustible est approvisionnée en énergie par l’hydrogène pour alimenter le moteur. Le problème se présentant ici est qu’une importante quantité de platine est nécessaire à la fabrication de la pile. Ce n’est que des années plus tard que Hyundai trouver une approche qui réduit la quantité de platine. Celle-ci a ensuite été perfectionnée par Toyota. Les deux constructeurs continuent de mener des recherches pour une utilisation optimale de l’hydrogène.